De la générosité embarquée à l’engagement collaborateurs (épisode 2, suite et fin)

Comme promis lors du précédent épisode, je vous propose aujourd’hui de partager quelques pistes concrètes sur la manière dont une entreprise attentive à sa performance sociale, environnementale et économique, peut mettre à profit les principes clés du succès de l’application emblématique de la générosité embarquée « CharityMiles ».

Quels bénéfices possibles pour votre entreprise ?

Les bénéfices que votre entreprise peut retirer d’une telle démarche se partagent en 2 catégories non exclusives, voire même bien souvent complémentaires :

  • Un renforcement de la valeur et/ou de la différenciation de votre offre « coeur de métier », avec un impact direct sur la performance économique et/ou environnementale
  • Une réappropriation du sens du travail par vos collaborateurs et un renforcement de l’alignement entre projet d’entreprise et attentes individuelles, avec à la clé une mobilisation des talents et une transformation des collaborateurs en ambassadeurs de votre marque.

Les bénéfices d'une démarche de générosité embarquée
Les bénéfices d’une démarche de générosité embarquée

Comment valoriser les contributions ?

La valorisation de la contribution individuelle ou collective ne sera pas nécessairement réalisée via une application mobile, comme le fait Charity Miles.

L’idée tient néanmoins de la « générosité embarquée » puisque les collaborateurs vont choisir de « faire un effort » (donner du temps, acquérir une compétence, contribuer à un challenge, …) dans un objectif à impact positif.

1ère illustration : Valoriser un effort collectif concernant la réduction de l’impact environnemental de l’activité opérationnelle et des produits/services développés

Imaginons une équipe de développeurs en charge de la réalisation d’une application mobile pour les clients d’une entreprise. La réduction de la consommation énergétique de cette application pourrait être l’objectif collectif à « embarquer » dans leur activité.

Concrètement, l’effort à fournir pour les employés consiste à se former aux bonnes pratiques en termes d’efficacité énergétique de leur code, intégrer ces pratiques à leur manière usuelle de réaliser leur activité, à déployer un outil de mesure des progrès réalisés (Exemple : Greespector®) et à intégrer le nouvel indicateur au système de pilotage de l’activité.

Dans cet exemple, l’impact positif est triple :

  • Impact positif sur l’expérience client liée à l’usage de l’applicatif (meilleure autonomie de la batterie du smartphone/de la tablette du client, ergonomie optimisée pour contribuer à cet objectif)
  • Impact positif sur l’environnement lié à la moindre usure des batteries et des ressources (métaux rares) les constituant, consommation électrique réduite
  • Impact positif sur la différenciation de l’offre de l’entreprise qui peut valoriser et rendre tangible sa responsabilité environnementale et son attachement à l’amélioration de l’expérience client

Les progrès mesurés pourront être valorisés sous forme de points (gamification) ou de monnaie virtuelle, utilisable de différentes manières, ce que nous verrons par la suite.

2ième illustration : La dynamique d’innovation et d’amélioration continue d’une organisation peut également être soutenue par la valorisation des contributions individuelles ou collectives (nombre d’idées soumises / expérimentées / mises en oeuvre, engagement des collaborateurs dans le processus de sélection des idées…)

Une telle démarche incite les collaborateurs à faire l’effort d’adopter plus systématiquement une approche créative et une position « méta » (prise de recul) vis à vis de leur activité opérationnelle, afin de se questionner : « mon action est-elle porteuse de valeur ? », « est-il possible de faire différemment / mieux ? »

Dans ce cas, les points gagnés lors de la soumission ou lors de la sélection d’une idée pourraient être « réinvestis » dans l’allocation d’un budget permettant la mise en oeuvre des idées innovantes retenues, ou dans tout autre projet co-défini avec les collaborateurs et bénéfique au coeur de métier de l’entreprise ou au bien-être des salariés,

3ième illustration : Le développement de l’esprit d’équipe et de l’image de l’entreprise par la valorisation de la contribution à un événement sportif.

Il y a quelques jours, je participais au marathon de Nantes (et ai bien entendu profité de l’occasion pour valoriser, avec CharityMiles, les 26,9 miles parcourus au profit de l’association caritative DoSomething.org).
Sur le parcours, j’ai observé que de nombreux coureurs participaient à l’épreuve « Relais entreprise » (4 coureurs/coureuses se partagent les 42kms à parcourir).
Nul doute que quel que soit le résultat de leur course, ces collaborateurs se souviendront longtemps de ce dimanche matin passé à se passer le relais et à mouiller le maillot dans un seul but, représenter dignement leur équipe et leur entreprise.
Mais ne serait-il pas encore plus excitant si ces efforts individuels mis bout à bout permettait à ces collègues de contribuer, par leur générosité sportive, au financement du projet à impact positif de leur choix (humanitaire, local, environnemental…),  ou encore de financer l’organisation d’autres projets de teambuilding auxquels eux ou d’autres de leurs collègues pourraient s’associer (créant ainsi une boucle de générosité vertueuse) ?

Et si, au fil des entraînements collectifs, des épreuves individuelles ou en relais, les collaborateurs amassaient un capital point, visible par tous sur l’intranet ou dans le hall d’accueil de l’entreprise, et que l’entreprise convertissait ensuite ces points dans un projet choisi par les salariés eux-mêmes ?

De la même manière, une organisation souhaitant soutenir l’utilisation des transports « propres » par ses collaborateurs (vélo, marche à pied…) pourrait développer une version « corporate » de CharityMiles pour valoriser selon son propre barême les émissions de CO2 économisées.

Sur quels projets réinvestir les « crédits » acquis par les collaborateurs ?

Une démarche intéressante en termes d’engagement peut consister à solliciter les collaborateurs pour qu’ils puissent eux-même proposer les projets qui leur tiennent à coeur.
Un vote sélectionne ensuite le ou les projets faisant consensus.
Un peu comme il est possible de proposer des actions de mobilisation, et de signifier son engagement pour certaines d’entre elles, via le site fullmobs, un modèle du genre en version « grand public ».

Bien entendu, selon la stratégie de l’entreprise, cette dernière peut préférer avoir la main sur le panel de projets à proposer.
Ce qui dans le fond, n’empêche pas de proposer des projets porteurs de sens et d’intérêt social et économique.

Prenons l’exemple du projet « multimono » dont la promesse est de permettre à chacun de « construire un bateau et donner du rêve à sa vie », grâce à l’assemblage d’un kit « puzzle ».
Quel plus beau projet pour une entreprise que de « sponsoriser » un projet de co-construction par ses collaborateurs d’un voilier éco-conçu, qu’ils pourront utiliser pour goûter ensemble aux valeurs que sont l’esprit d’équipe, le goût de l’aventure sportive et humaine, et le respect de l’environnement.
Sans parler de l’opportunité de disposer, à moindre coût, d’un axe de communication interne et externe original et hautement symbolique ?

Car quelque chose me dit qu’une fois le bateau mis à l’eau pour une rencontre régionale entre « multimono », vos collaborateurs et clients invités à faire partie de l’aventure ne manqueront pas de partager spontanément leur expérience sur les réseaux sociaux !

Boucle vertueuse de l'engagement
Boucle vertueuse de l’engagement

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*